Pas de pression

Entraineurs, parents, joueurs, bon retour sur la planète hockey!
Comme il a fait vraiment chaud dernièrement, j’avais le gout de vous parler de hockey! La saison patin-gougounne que j’appelle. Ça, c’est quand les camps recommencent pis que les kids passent directement de la piscine à l’aréna.

Les camps s’amorcent pour la plupart cette semaine. Vos p’tits atome visent le CC,vos peewee visent le BB pis vos bantam enlignent le AAA. Depuis les dernières années, ils grandissent au gré des catégories, des nivaux pis des factures chez Rousseau. C’est le début des camps, on va les dropper devant la porte, sortir le stock du coffre, s’assurer qu’ils n’ont rien oublié pis retrouver la gang de parents dans le stationnement pour jaser!

Surtout, on mettra pas de pression..

Bonne chance le gros, tu vas l’avoir le deux lettres cette année! Toute la famille est derrière toi..

Pas de pression…

Lâche pas té capable, on a confiance en toi! Si tu comptes un but, j’t’achèterai un nouveau bâton pis je t’Amène souper au resto…

Pas du tout de pression…

Tsé le big, tu t’es entrainé toute l’année, c’est toi le meilleur, tout l’monde le sait! Le coach te connait, t’inquiètes pas, il sait que té le king, va lui prouver!

Aucune pression…

Si tu fais l’équipe, on s’en va en tournoi Québec, j’ai déjà pris mes congés, je le sais que tu vas y arriver! Ca va être malade, toute la famille va être là pour t’encourager !

Pas de pression…

On veut bien faire, on veut les motiver, les encourager, les supporter. On veut tellement comme parents pis jamais, jamais on pense faire partis de ceux qui mettent une couche de plus pression.

Dans le stationnement, la game est tout autre! Les rumeurs vont bon train. On sait qui flirt avec qui, on sait que le p’tit 32 a passé l’été au chalet du coach, que c’est le père du 47 qui a fait les rénos, que la grande sœur du 36 garde la plus jeune de l’assistant. Quand l’entraineur arrive avec sa valise aussi hermétique et secrète que celle du Banquier, s’il s’arrête pour dire bonjour aux parents du numéro 12, on repart les rumeurs à 100 miles à l’heure! S’il dit rien, on le juge en disant que son équipe est surement déjà faite depuis le printemps, pis qu’il fait son camp juste pour ramasser de l’argent.

Autant que j’peux aimer le hockey, autant que j’aime avoir un gars au hockey, autant que j’m’ennuie pas de ce boutte-là!

J’aime ca passer en sandale dans le banc de neige laissé par la zamboni, j’aime rentrer dans un aréna quand il fait 33 degrés, avec un gros capuccino glacé. J’aime ca partir à rire quand le gars qui place le filet tombe su’l cul. J’aime quand la baie vitrée est toute embuée par l’humidité, j’aime l’odeur de la place pis le mouvement de la brume qui se forme pis qui se déplace quand les premiers joueurs embarquent sur la glace. J’aime sortir de l’aréna, confrontée à la canicule pis me demander ce que je faisais à l’intérieur pendant deux heures. J’aime la fraction de seconde où j’me dis que je suis vraiment innocente juste avant que je soulève les épaules en me répondant «ouin pis»

J’aime le hockey, j’aime avoir un gars qui joue au hockey!

On l’oublie, mais ils sont tellement tout petits. J’m’en rends compte aujourd’hui quand je regarde le mien qui continu son chemin! Se battre pour une place, n’importe où, dans n’importe quoi, ç’est de la volonté, du timing, pis d’la chance. Ya des champions qui viennent des bas fonds pis ils ont foncés tout seul avec juste leur détermination.

Vos kids sont des adeptes de ce sport fabuleux qu’est le hockey, ils s’en vont en camp? Surtout, mettez pas de pression! Juste du « Bonne journée le gros, on se revoit tantôt !»

Vos gars visent haut, mais ça se peut que ca se réalise pas! Des injustices y’en a, des meilleurs que lui, y’en a aussi! C’est pas de sa faute, ni celle du coach, ni la faute du p’tit 22! C’est pas la glace qui est molle, ni l’horaire, ni sa mère qui refuse de l’entrainer une semaine sur deux! S’il passe pas c’est qu’y’a juste autre chose à vivre ailleurs pis c’est peut-être quelque chose de mieux, qui goute encore meilleur.

Vous êtes des centaines à vous retrouver en camp d’évaluation cette semaine, à rêver de devenir un grand joueur de hockey, oubliez jamais que tout ce que ça prend pour y arriver, c’est une glace, un bâton pis une rondelle.

À la veille de ton camp, j’ai juste une chose à te dire, c’est «bonne journée le gros, on se revoit tantot!» Miss Rebelle!

2 thoughts on “Pas de pression

  1. Je partage entièrement et je prend toujours le temps de lire ce genre d’article. Le problème est que les parents à qui s’adresse cet article ne le liront pas.

    Je me suis toujours impliqué comme entraîneur, assistant entraîneur dans le parcour de mon garçon. La meilleur saison à été la saison novice C et la pire à été l’année passée peewee A. J’ai eu un assistant avec toute une tête d’hockey mais avec des comportements et des propos violents avec les enfants et les parents. J’ai connu du mépris comme j’ai jamais connu de ma vie de la part de certains parents. Ma motivation et mon désir de m’impliquer bénévolement dans l’organisation est éteint. Je laisse la chance à d’autre parents de vivre de bel émotions dans le sport que j’aime le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *