On arrive-tu?

C’est drôle quand j’étais enfant pis qu’on faisait de la route pour se rendre au Saguenay, j’avais rien pour me distraire. C’était en plein cœur des années 70, l’époque ou y’avait 3 postes de musique. Le son était même pas en stéréo, pis dans le char c’était des cassettes 8 tracks qu’il fallait mettre.

La seule bonne nouvelle c’est qu’on n’avait pas besoin de s’attacher faque on pouvait bouger, mais pour le divertissement, c’était assez faible. Un cahier à colorier, quelques crayons pis des livres. Tsé quand ton seul ami pour 6 heures de char c’est le jeu des 7 erreurs dans le TV Hebdo. J’me souviens de la rubrique des gens riches et célèbres dans le Lundi, les enfants des grandes vedettes avaient des télés dans l’auto, j’aurais donné ma vie pour ça. Moi j’avais le p’tit jeu électronique de Pac man, mais je pouvais pas l’amener ça faisait trop de bruit.

… mom, on arrive-tu..

Blainville-Chicoutimi, fallait passer par la 20, prendre le tunnel, j’men souviens. le Parc des Laurentides prenait des heures à traverser, c’était l’époque où y’avait une police à l’entrée qui punchait l’heure, pis une autre à la sortie. Si t’avais fait du point A au point B trop vite, tu te faisais réprimander. Y’avait qu’une seule voie, à peine une dizaine de côte pour dépasser a sens inverse pis des camions a profusion. J’me souviens de la face de mon père quand je disais que j’avais envie. Il comptait les trucks qui repassaient devant lui pendant que je prenais mon temps pour me dégourdir au restaurant.

J’me souviens que j’aurais donc voulu être la fille de Krystel Carrington dans Dynasty pour avoir une limousine avec un téléphone pis parler pendant des heures avec mes chums. Y’avait pas de « Pimp mon char » dans ce temps-là, y’avait une vieille Toyota avec rien d’électrique. La plus belle invention de ma vie a été le baladeur Sony, icône de la liberté, symbole de musique à l’infini, on s’entend que l’infini arrivait quand les batteries étaient finies, mais bon. Du Bon Jovi, du Prince pis du Karma Cameleon dans mes oreilles de Montréal à Québec, pis une cassette avec juste mes meilleures chansons que je gardais pour la fin. Ça venait du disquaire de Rosemère qui, pour 3 $, nous faisait notre propre playlist. 24 tounes de bonheur enregistrées sans qu’on entende le gars de la radio parler avant la fin du dernier refrain. Je connaissais tellement par cœur ces cassettes TDK que des fois encore aujourd’hui, j’entends une des tounes pis celle qui venait après joue naturellement dans ma tête. J’en ai quelques-unes encore avec le p’tit carton blanc ligné sur lequel j’écrivais les titres dessus sans me tromper.

J’avais un oncle qui avait un panel, un panel au Sag c’est un genre de camion de lait modifié. Oui oui, dans le temps on livrait le lait directement à la maison, je pense que c’est mort aujourd’hui. Quand on partait en vacance avec lui, c’était le paradis. On pouvait jouer en gang à des jeux de société, se faire un sandwich pis se coucher dans un vrai lit.

Le temps a passé, mes kids ont connu leurs premiers voyages en passant par la 640 pis la 40, avec une télé dans l’auto, un écran, une prise audio. On avait acheté un truc qui permettait de splitter la connexion pis ils avaient chacun leurs écouteurs, sinon mon gars se plaignait parce qu’il était trop proche de sa sœur. Ca prenait pu 6 heures se rendre au Sag, ça prenait 2 films et demi. Quand ils étaient tannés, ils avaient chacun une console DS pour les jeux, chacun iPod touch pour la musique, pis un peu plus tard, ils avaient le réseau pour chatter pis se promener sur internet. Ils trouvaient quand même le moyen de se chicaner, d’avoir envie, d’avoir faim, pis après une heure de char ils étaient déjà impatients d’arriver.

… Mom on arrives-tu ?

Aujourd’hui, ils ont tellement de données qu’ils peuvent écouter une saison complète sur Netflix, mais après deux heures ils savent pu comment se placer. Ils veulent un jet privé autant que moi, y’a 30 ans, je voulais une télé. Vous êtes nombreux sur les routes à voyager avec des kids, ils doivent avoir chacun ordi, 4000 chansons, 8 films, 40 émissions, mais je suis certaine que ce qui résonne encore dans le char c’est la p’tite qui dit au grand de rester de son bord pis un peu de « mom, on arrives tu »

La bonne nouvelle c’est que si la technologie change rien pour les kids, ça change tout pour la mère assise en avant. Personnellement, je branche mon phone, je mets mes écouteurs pis je les entends pu.. Miss Rebelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *