Viens donc ici qu’on se jase..

J’avais envie de te parler, mais je pouvais pas vraiment, j’ai décidé de t’écrire à toi pis tes chums. Tu vas peut-être me reconnaitre parce que nos routes se sont croisées samedi soir. C’était sur la 40 je pense en direction de Joliette, mais peut-être aussi sur la 131, ouais, me semble j’allais vers le nord. Y’était genre 7h30, la noirceur était tombée. Moi j’allais voir un match de hockey, j’écoutais le show de Paul McCartney live à la radio. Une belle petite ride en bonne compagnie pis un gros café.

T’as un char bleu clair, ni marin, ni pastel, un beau bleu qui pète un peu, comme un ciel d’été parfait, bleu comme un jour de congé, bleu comme un ptit vingt ans à peine. J’ai vu que t’étais avec des chums, tu fumais des tops, je t’ai vu les pitcher tes butchs.

Tu roulais en malade man, dangereusement. Tu zigzaguais entre les voies pis les chars autour devaient ralentir à pour te laisser rentrer à cause que t’avais pas assez de place. Je t’ai trouvé arrogant, agressif, intrusif.

Ya des gens qui ont réussi à t’arrêter en roulant normalement sur les deux voies, tentant désespérément de te bloquer le passage, t’allais en direction de la mort mon homme. Tu t’es fâché, t’as choisi l’accotement.

Pis Paul chantait « live and let die »

On a tenté de t’arrêter encore. T’as fait du slalom géant sur ta propre voie pour montrer au gars d’en avant que tu voulais passer. Moi j’étais derrière toi pis je flashais mes lumières en espérant que tu comprennes que tu mettais la vie de tout le monde en danger. J’espérais que tu penses à ta mère, que tu l’entendes te dire d’être prudent avant de partir. Tu m’as fait un doigt d’honneur en guise de remerciement. Ta mère serait tellement pas fière.

Moi j’étais en train de me dire que j’étais peut-être la dernière personne que t’allais croiser de ton vivant, moi pis un Dude sur la voie d’à côté. Quand le gars d’en avant a réalisé que tu comprenais rien il s’est tassé pour pas que t’impliques tout l’monde dans ta dérape. Té passé devant en gesticulant, té finalement sorti de l’autoroute pis sur la voie de service, t’as pesé encore plus fort sur l’accélérateur. Je me demande si tes chums riaient, s’ils t’encourageaient, ou s’ils époumonaient à te crier de ralentir tes ardeurs.

Pis Paul qui chantait «get back, get back, your mom is waiting for you»

J’ai pensé changer de poste tellement j’avais l’impression qu’il te parlait directement. Té pas ben vieux, je peux pas le jurer, mais té pas mal jeune pour crever. Un samedi soir en plus, me semble que c’est fait pour en profiter, tsé, chiller chez des chums, gamer, faire l’amour à ta blonde avec la seule envie que ça s’arrête jamais. Me semble qu’à vingt ans on veut jamais que ça s’arrête.

Si tu t’étais planté, on aurait dit que la vitesse était en cause, on t’aurait soit accusé de conduite dangereuse, ayant causé la mort, ou ben on t’aurais accusé de rien, mais ta mère aurait pleuré ton départ. Un ou l’autre, y’a quelqu’un qui meurt pis quelqu’un qui pleure, tsé..

Shit man, j’peux pas croire qu’après toutes les campagnes publicitaires, les nouvelles, les lois, les documentaires, je peux pas croire que malgré qu’on a tous tenté de te ralentir, t’as continué à braver le destin sans même hésiter. J’ai pensé à toi quand j’ai vu deux chars de police avec les sirènes descendre dans l’autre sens. Si certains vont prétendre que c’est tout ce que tu mérites pour ta belle témérité, moi je peux même pas imaginer que tu sois peut-être mort à l’heure qu’il est.

Tu l’es pas, je l’aurais entendu aux nouvelles. Des jeunes qui se plantent ça fait la une, ça sert d’exemple. Après on diffuse la vidéo avec beau slogan, on passe en boucle des entrevues réalisées à ton école, avec plein de jeunes qui racontent en pleurant combien les victimes étaient de bonnes personnes.

Pauvre con..
.
J’peux te poser une question? Y’avait quoi de si important pour que tu roules aussi vite, aussi dangereusement, y’a quoi dans ta petite tête de pré pubère pour pas que tu penses aux gens qui se trouvent autour de toi ?

Si j’avais été dans ton char, j’aurais fait moi-même le 911, si j’avais été ta blonde, j’t’aurais crisser là sans aucune hésitation, si j’étais ta mère, ton char serait sur kijiji avec la mention « à donner », pis si j’étais toé ben je dirais merci à la vie, parce que si tu frappais à cette vitesse-là mon gars, c’est clair que tu serais pu de ce monde aujourd’hui.

Rendu à l’aréna, je regardais mon gars dans son but, pis je pensais à toi dans ton char. Dans ma tête, Paul Mc Cartney chantait encore. Il évoquait la Vierge Marie, pis il me répétait sans cesse « Let it be »

Ben c’est exactement ça « Let it be » man. Ton heure était pas venue, la mienne non plus. Dans ton char bleu, bleu comme un samedi soir entre amis, bleu comme un long french, bleu comme quand ta mère t’embrasse sur le front en te disant de faire attention, toi, t’as juste rien compris.

La seule chose que je voulais te dire en fait c’est que la vie est fragile, Ainsi soit-il ..Miss Rebelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *